Accueil > Culture Lyon > Expressions lyonnaises : petit lexique illustré pour parler lyonnais
expressions lyonnaises illustrées

Expressions lyonnaises : petit lexique illustré pour parler lyonnais

Si vous vivez déjà à Lyon ou si vous connaissez un peu la ville, ça ne vous aura pas échappé : ici, on adore utiliser notre dialecte et nos expressions lyonnaises.

Le mot « gone » est partout. On ne dit pas un « mec » mais un « pélo ». On ne dit pas « fête forraine » mais « vogue ». Et ainsi de suite.

Mais parce qu’il y a encore mieux, on vous a dégotté huit expressions lyonnaises quelque peu oubliées, pleines de poésie et d’humour. Et parce que le parler lyonnais est particulièrement imagé, on a collaboré avec l’illustratrice Gabrielle Balsan, qui a croqué ces expressions pour vous. Fou rire garanti !  

« C’est clair comme du Beaujolais », l’expression lyonnaise qui équivaut à « c’est clair comme de l’eau de roche »

La ville de Lyon est située tout près du Beaujolais, cette région connue pour ses villages de pierres dorées… mais aussi pour son vin clair et léger, qu’on retrouve sur toutes les tables des bouchons. Un vin si translucide qu’il a donné l’expression « clair comme du Beaujolais », équivalent local de « clair comme de l’eau de roche »…

expression lyonnaise : c'est clair comme du Beaujolais
© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

expression lyonnaise : avoir faim comme le Rhône a soif
© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« En bugne à bugne », locution lyonnaise pour dire « en tête à tête »

Autour du Mardi Gras, à Lyon, on déguste de délicieuses bugnes, de délicieux morceaux de pâte frits et craquants, saupoudrés de sucre glace. Une spécialité si emblématique, que les Lyonnais en ont fait une expression. En argot, « en bugne à bugne » signifie donc « en tête à tête ». 

expression lyonnaise : en bugne à bugne
© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« Coquer sur les jâilles », expression lyonnaise équivalent à « faire la bise »

À Lyon, pas de prise de tête : on se fait traditionnellement deux bises, une sur chaque joue. Ou plutôt, on se coque deux fois sur les jâilles ! Une expression en voie d’extinction depuis la crise du Covid-19, qui nous empêche de pratique ladite bise. Mais on compte sur vous pour vous en souvenir !

expression lyonnaise : coquer sur les jailles

 

© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« S’éclaper la basane », pour dire « rire, s’amuser »

Éclaper, c’est faire des éclats (de bois, bien souvent). En parler lyonnais, on peut aussi dire d’un bateau qu’il s’éclape s’il se brise. Mais surtout, quand on s’éclape, qu’est-ce qu’on se marre ! On peut s’éclaper tout court, ou s’éclaper la basane (référence à une peau de mouton).

expression lyonnaise : s'éclaper

 

© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« Avoir les jambes en pâte à quenelle », l’expression lyonnaise qui signifie « être éreinté »

Les Lyonnais ont décidément le don de la formule. On connaît tous les quenelles, ces petits boudins de pâte parfumés au poisson ou à la volaille. La pâte qui sert à les constituer n’est pas franchement solide… Eh bien, voilà ! Quand on est fatigués, qu’on a beaucoup marché, nos jambes ne nous soutiennent plus si facilement et semblent se dérober. D’où l’expression « avoir les jambes en pâte à quenelle ». Pas mal, non ?

 

© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« Valoir son pesant de grattons », l’expression lyonnaise pour remplacer les cacahuètes

Quiconque s’est déjà attablé dans un bouchon a eu la surprise (agréable ou non) de se voir proposer à l’apéro les fameux grattons, ces morceaux de gras animal frits et poivrés. Une véritable curiosité culinaire patrimoniale, qui ne détrônera jamais les cacahuètes dans le cœur des Lyonnais les plus chauvins. D’où l’expression régionale « valoir son pesant de grattons », adaptée d’une expression plus célèbre base de fruits à coques…

 

© Illustration : Gabrielle Balsan pour Inside Lyon

« Se cigogner la panserotte », pour dire « danser »

Parfois, on dirait que le démon de la danse s’est emparé de nous. Un grand frisson traverse notre corps, et l’on se met à bouger, se déhancher, comme si plus rien ne comptait. En bon lyonnais, on appelle ça « se cigogner la panserotte ». Et ça fait un bien fou !

Alors, êtes-vous prêts à adopter ces expressions ? Réagissez sur notre compte Instagram et taguez-nous dans vos stories @insidelyon !

Et pour en savoir plus sur le travail de Gabrielle Balsan, rendez-vous ici :

Diana

Après plus de dix ans passés à Paris, Diana s'installe à Lyon en 2016 et en découvre compulsivement toutes les bonnes adresses. Pour partager ses meilleures trouvailles, elle crée Inside Lyon. Ça tombe bien : geekette sur les bords, elle aime autant l'écriture et la gestion de site internet que la cuisine libanaise et l'opéra ! Elle est également la co-auteure du city guide Lyon, Pour un week-end ou pour la vie (128 pages). Son Instagram : @diana.izakna

Et vous, vous en pensez-quoi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.