Accueil > Lyon Inside & Out > Quelques expressions lyonnaises à utiliser tout au long du mois décembre

Quelques expressions lyonnaises à utiliser tout au long du mois décembre

À quelques semaines des fatidiques fêtes de fin d’années, on a voulu vous mettre en garde contre ce qui vous attend, tout en vous prodiguant de bonnes expressions à utiliser tout au long du mois de décembre – ou plus ! Rien que pour vous, nous nous sommes plongés dans les meilleurs dictionnaires de la Bibliothèque municipale de Lyon pour remettre au goût du jour certaines des expressions les plus savoureuses de notre charmant parler lyonnais. Vous êtes prêts ?


À quelques papillotes de faire la cupelette…

C’est clair comme du beaujolais : cette année encore, il y a de fortes chances pour que les fêtes de fin d’année vous fassent crier Hugues sur la pierre d’évier. En bugne à bugne avec votre bouteille de Côte du Rhône et votre dinde aux marrons, vous ne pourrez faire autrement que vous déponteler l’estome.

C’est bien simple : dès la mi-décembre, vous passerez votre temps libre à appondre des mâchons. Le 24 en particulier, vous serez dans vos coquelles de sorte à faire honneur à tous les avanglés de la corgnole que vous recevrez chez vous. Le lendemain, encore tout coufle, il faudra remettre ça. Et le 31, en moins de temps qu’il en faut pour pétafiner une bardane, et alors que vous aurez faim comme le Rhône a soif, vous serez incapable de vous cigogner la panserotte.

Pourtant, dans vos habits de fête, il vous faudra avoir l’air digne comme un pou sur une rogne. Alors un bon conseil : tant qu’il en est encore temps, allez manger sur les brouillards du Rhône, ça vous évitera d’avoir le fège détrancané et les jambes en pâte à quenelle le 1er janvier ! Sincèrement, ça nous bouliguerait l’embuni. Parce que, parole de Lyonnais, ces fêtes valent leur pesant de grattons !

On vous souhaite un bon mois à vous éclaper la basane, et pour vous saluer, on vous coque sur les jâilles !


Traduction :

Si vous aussi, vous souhaitez œuvrer pour la permanence du parler lyonnais, nous ne pouvons que vous inciter à retenir ces expressions et à les ré-introduire dans le langage courant ! À partager largement auprès de vos amis lyonnais !

  • Être à quelques papillotes de faire la cupelette… : être à quelques jours des fêtes de fin d’année
  • C’est clair comme du beaujolais : c’est d’une évidence translucide
  • Crier Hugues sur la pierre d’évier : vomir (essayez de prononcer Hugues de façon un peu sale, pour mieux comprendre)
  • En bugne à bugne : en tête à tête
  • Se déponteler l’estome : se détraquer l’estomac
  • Appondre des mâchons : préparer des festins
  • Être dans ses coquelles : s’affairer en cuisine
  • Un avanglé de la corgnole : un assoiffé, une personne très portée sur la boisson
  • Être tout coufle : être gonflé, enflé
  • En moins de temps qu’il en faut pour pétafiner une bardane : en deux temps, trois mouvements
  • Avoir faim comme le Rhône a soif : ne pas avoir faim du tout
  • Se cigogner la panserotte : danser
  • Avoir l’air digne comme un pou sur une rogne : avoir l’air très digne
  • Manger sur les brouillards du Rhône : jeûner
  • Avoir le fège détrancané : avoir le foi en vrac
  • Avoir les jambes en pâte à quenelle : être épuisé
  • Bouliguer l’embuni : bouleverser, émouvoir
  • Valoir son pesant de grattons : la version lyonnaise de « valoir son pesant de cacahuètes »
  • S’éclaper la basane : s’amuser, rire
  • Coquer sur les jâilles : faire la bise

Diana

Originaire de Paris, Diana vit à Lyon depuis 2016, et en découvre compulsivement toutes les bonnes adresses. Elle partage son temps entre un poste de responsable comm dans une start-up, l'animation d'Inside Lyon, la cuisine végétarienne et les concerts de musique classique. Vous voulez manger une bonne pizza ? C'est à elle qu'il faut demander !

Et vous, vous en pensez-quoi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.