Big Junior
Big Junior en interview pour Inside Lyon au festival Woodstower 2017 • © Photo : Édouard Demarly / Inside Lyon

Big Junior, dans la cour des grands

Woodstower, c’est la grande réunion de famille pour les musiciens lyonnais. Avec sa programmation hyper pointue, qui se paie le luxe d’être parfois en décalage avec celle des grands festivals européens, on découvre le gratin de la scène actuelle. C’est dans ce cadre-là qu’on a pu entendre les Lyonnais de Big Junior sur la Nicolas Stage cet été. Le festival avait même choisi sa chanson A.i.A.i pour son teaser 2017. C’est dire si la direction artistique a misé sur eux…

Quand on demande à ces musiciens électro-rock-new-wave-hip-hop (rien que ça !) ce que ça leur fait de jouer à Woodstower, ils sont formels : « C’est le meilleur festival lyonnais, on est super honorés de faire partie du line-up ! » On apprend à cette occasion que Mathieu, chanteur au sein du groupe, connaît le festival de l’intérieur. « Il y a huit ans, j’étais bénévole ici », nous confie-t-il avec un sourire nostalgique.

Ça, c’était avant le succès. Aujourd’hui, entre les répétitions, les enregistrements, les concerts et les tournages de clips (ils adorent ça), Big Junior est bien occupé. Tellement occupé qu’au moment de notre rencontre, à quelques heures de leur entrée en scène, Johan le batteur était toujours dans un avion en direction de Lyon. On a donc posé nos questions à Mathieu, Adrien (guitare) et Richard (basse)…

Big Junior
De gauche à droite : Richard (basse), Mathieu (chant), Adrien (guitare) et Johan (batterie), les quatre membres de Big Junior • © Photo : Diane Moyssan

La question la plus chiante qu’on vous pose en interview ?

Richard : Pourquoi Big Junior ?
Mathieu : Pourquoi la hip wave ?
Adrien : Définissez votre style. On l’a tellement répété…

Comment aimeriez-vous qu’on vous présente ?

R. : Il faudrait qu’on soit présentés comme ce qu’on est : des gens pleins de bonne humeur et d’énergie, de connerie et d’humour – parfois pas drôle – et des mecs qui font de la bonne musique !

Pour résumer : bonne humeur, bon humour, bonne musique ?

R. : Exactement : que de la bonté !

À quel moment de la journée faut-il vous écouter ?

R. : Du matin au soir.
A. : Quand tu vas bien, quand tu vas pas bien, quand t’as eu un 19 au bac de français… Tout le temps !
M. : Moi je dirais, au coucher de soleil, quand tu retrouves tes potes.

La chanson de vous que vous aimeriez que les gens écoutent en premier ?

R : Cazillas. C’est la première qu’on a clippée sur notre premier EP. Si tu écoutes ça, tu vois le début du projet. Sur le deuxième EP, ce serait Osiris. Ou encore A.i.A.i


Big Junior • A.i.A.i

C’est les chansons dont vous êtes le plus fiers ?

M. : Ce sont peut-être les chansons les plus accessibles, celles qui représentent le plus ce qu’on veut faire.
A. : On est fiers de toutes nos chansons. En général, quand on arrive à un produit fini, on est tous OK.
M. : Même si parfois, on met des semaines à tomber d’accord.

Vous vous connaissez depuis longtemps ?

M. : Richard et moi, on se connait depuis dix ans. Adrien et Johan, je les ai rencontrés un an avant la formation du groupe, c’est-à-dire il y a environ trois ans.

Quelle est la chanson que vous auriez voulu composer ?

A. : Bohemian Rhapsody.
M. : Let it happen de Tame Impala.
R. : Euh… Earth Song de Michael Jackson.

La chanson que vous écoutez en boucle quand vous êtes tous les quatre ?

R. : Ça fait un mois qu’on n’a pas été tous ensemble. Mais on adore écouter Todd Terje !
M. : Moi à l’origine, j’y étais très hermétique. Mais à force que les autres le passent dans le camion, j’ai adhéré !

C’est associé à de bons moments ?

M. : On aime bien danser là-dessus quand on fait la fête. (ndlr : à ce moment-là, on demande s’ils veulent danser quelque chose pour nous. Ils refusent timidement).
A. : Sinon, notre hymne c’est Les Lacs du Connemara (rires).

L’artiste avec qui vous rêveriez d’être potes ?

A. : Dave Grohl.
R. : Allez : Booba !
M. : Moi dans un style différent, j’adorerais faire l’amour avec Cœur de pirate. (rires)

« Notre meilleur souvenir de concert ? Notre premier Zénith, à Nantes ! » (Big Junior)

Inside Lyon est le webzine des Lyonnais curieux. Vous, à part la musique, qu’est-ce qui vous rend curieux ?

M. : En ce moment, je m’intéresse beaucoup à la permaculture, c’est-à-dire penser l’agriculture comme un écosystème et non pas comme une monoculture. Par exemple, tu vas cultiver tes plants de tomates à côté du basilic parce que ça éloigne les pucerons… On devrait tous penser en écosystème d’ailleurs, plutôt que faire de la masse.
R. : Moi c’est le skate. Je suis beaucoup de comptes sur Instagram. Je suis fan du Lyonnais JB Gillet qui a le meilleur swag !
A. : L’astrophysique, car j’adore Alexandre Astier. Il a la fibre pour t’intéresser à des choses qui pourraient te paraître barbantes, et qui sont en fait super cool. Bref, j’adore regarder le ciel et les étoiles.

Big Junior
Big Junior en Interview avec Inside Lyon au festival Woodstower • © Photo : Édouard Demarly

Quel est le meilleur souvenir de concert que vous avez donné ?

R. : Le Zénith de Nantes en première partie de Deluxe. Un public de 4500 personnes en folie… C’était notre premier Zénith.

Vous n’avez pas peur de jouer en première partie ?

M. : On a tellement joué dans des rades pourris que maintenant on n’a plus peur de grand chose…
A. : On prend ça comme un bel exercice, car tu ne joues pas pour un public qui est venu te voir, c’est un bon challenge.

Et le meilleur souvenir de concert auquel vous avez assisté ?

R. : Earl Sweatshirt à l’Epicerie Moderne pour les Nuits Sonores. Un concert à 3,50 euros la place. J’ai tellement aimé que j’ai acheté leur t-shirt à la boutique de merchandising, c’est la première fois que je faisais ça pour un artiste !
M. : Tame Impala l’an dernier aux Nuits de Fourvière. Sinon, le premier titre de champion de France au stade de Gerland contre Lens en 2002.

Le truc le plus cool que la célébrité pourrait vous apporter ?

M. : Voir la vie plus sereinement, gagner sa vie en exerçant sa passion. Puis aller à la campagne. Faire de la permaculture.
R. : Arriver au stade auquel tu n’as pas de souci dans la vie. Avoir du temps pour ta passion.


Un très grand merci au festival Woodstower ainsi qu’à Big Junior d’avoir répondu à nos questions et d’avoir partagé de bons éclats de rire avec nous. Et un immense bravo pour ce concert extraordinaire sur la Nicolas Stage du Woodstower ! Pour suivre Big Junior sur Facebook, c’est par ici. Et pour ne manquer aucun de leurs clips, abonnez-vous aussi à leur chaîne Youtube !

Emmanuel

Féru d'indie rock et de sport, Emmanuel est aussi un fin cuisinier. De quoi en faire un critique exigeant, quoique toujours enthousiasmé par les bons plans. Produit importé de Paris depuis 2016, il passerait presque pour un vrai Lyonnais désormais.

Et vous, vous en pensez-quoi ?